Just another WordPress.com site

Archives de janvier, 2010

Un appartement tout chaud nous attend

Après un mois intensif de recherches sur Internet, après avoir vu d’innombrables annonces douteuses du genre « Loue appartement pour femme entre 20 et 40 ans avec main baladeuse » ou encore « Bel appartement – Décoration miédiévale« , « Appartement calme, au dessus d’un Mac Donald » etc etc, il semblerait que nous ayons enfin trouvé notre bonheur par chance, et grâce à notre détective Virginie, sur place. C’était en fait la toute première annonce que j’avais trouvé, mais j’étais dans l’incapacité de joindre l’annonceuse, puisque mon mail ne passait pas… Mais peu importe, après de nombreuses péripéties, nous avons donc un joli 3 1/2 (pour les noobs, le premier chiffre signifie le nombre de pièces, et le second est la salle de bain/toilettes; donc ici il y a cuisine séparée, bureau dans un alcôve et chambre/salon.) tout meublé, tout équipé, pour seulement 550$.
La surface est légèrement supérieure à la nôtre actuellement mais … grand bonheur… cerise sur le gâteau… nous n’aurons pas de voisin du dessus! Incroyable! Pour la première fois de ma vie citadine, je n’entendrai pas un gros cougnouf marcher comme un hippopotame et tirer ses chaises et meubles d’hippopotame toute la nuit! Quel luxe!
Nous nous situerons donc dans le quartier de Rosemont, tous proches de Jean Talon, dans une rue typique montréalaise… jusqu’à fin juin! (oui, c’est le seul mauvais point de cette sous-location…)
ps : le lapin buffle n’est pas fourni avec la location

Les objectifs ultra-importants

Bon, j’ai parlé de l’épanouissement personnel lors d’un voyage, du fait d’expérimenter une autre culture, de découvrir et de surpasser ses limites, de se mettre en danger… Mais je vais à présent vous révéler les VRAIES raisons d’un tel voyage, tout le reste c’est de la foutaise !

Quels sont donc nos objectifs secrets, inavouables aux yeux du monde ?
Plus sérieusement, nous ne savons pas si nous allons réussir à tout faire, mais c’est ce dont on a envie! Voici une liste de résolutions/objectifs. Bonne année 2010! (je suis en retard, moi?)

– Découvrir Boston
– Faire semblant d’être des étudiants à Harvard
– Marcher sur les traces de Dawson (celle là est de Ben)
– Jeter un sachet de thé Lipton dans l’eau du port de Boston
– Assister à un match de base-ball (de préférence des Red Sox), même si c’est chiant où je ne sais quoi, ça peut être très photogénique
– Aller en train à New York, tant pis pour les 11h de trajet, c’est pas cher et c’est quand-même la grande aventure
– Prendre un taxi jaune
– Aller au American Museum of Natural History et au American Museum of The Moving Image
– Assister à un match de NBA (de préférence des Knicks)
– Manger un homard d’une pound à Bar Harbor
– Voir des mammifères marins dans la Frenchman Bay
– Goûter la glace au homard dans cette même ville, et regoûter la fameuse glace à la myrtille/carreaux de chocolat
– Ne pas dépasser les 60kg à cause des glaces ci-dessus
– Voir un caribou, et s’il est conciliant, faire une balade à dos de caribou
– Voir un ours ou n’importe quel animal avec des poils et plus ou moins mignon (sont exclus : les écureuils du parc du Mont Royal)
– Assister à un match de roller derby, au cas où il y ai Drew Barrymore, mais surtout pour voir des nanas en jupes s’entretuer
– Voir Arcade Fire plus de 5 fois (objectif idéal : 10)
– Jeter mon soutif sur le chanteur de BRMC en hurlant « Peteeeeeeeeeeer »
– Voir Handsome Furs même s’ils ne font pas de tournée. Et Colin Devlin, Bell Orchestre, Patrick Wolf (qui vit à présent en Californie), Cake, The National et tous les autres, en fait
– Faire le « Angel’s Landing » à Zion National Park au moins jusqu’au sentier de 20cm de large, pour avoir cette vue là très tôt le matin, dès l’ouverture du parc
– Apprendre à jouer de l’harmonica
– Apprendre à enfin réussir à allumer un feu de bois, et à faire griller des saucisses dessus
– Retourner à Burlington, avec deux Benjamin
– Trouver un appartement (j’aurais dû commencer par là) qui ne soit pas un taudis à 600$ ni un loft à 1600$
– Me lever très tôt le matin pour traverser le pont Champlain et prendre en photo la skyline de Montréal
– Prendre un abonnement à la médiathèque du quartier
– Ne pas attraper de maladie
– Ne pas se faire piquer trop par ces saloperies de moustiques
– Serrer la main à un pingouin

Nouveau design/Ensevelis sous la neige

Après de longues heures de travail, le blog fait peau neuve! Il est prêt à souffrir beaucoup dans quelques semaines et à endurer mes nombreuses (je l’espère) divagations.
Une petite nouveauté : vous pouvez vous inscrire afin de recevoir un petit mail à chaque mise à jour, et cette fois c’est testé et approuvé, cela fonctionne!

Eh oui, il faut bien s’occuper différemment, cette semaine, il est tombé pas moins de 40cm de neige à Lyon, en cumulé. Il neige en continu depuis trois jours, et puisque je ne prends ni l’avion, ni le bus, ni le train, c’est ma foi très très agréable… La ville est silencieuse, j’ai l’impression que la neige absorbe tous les bruits indésirables. Même les weshs s’en donnent à cœur joie dans la rue en faisant des batailles de boules de neige… Batailles qui peuvent s’avérer épiques, surtout tard dans la nuit. Je n’y avais plus eu goût depuis des années, depuis que j’ai quitté ma montagne, à vrai dire! J’avais oublié à quel point la neige pouvait être… froide. Oui oui, froide. Après 40minutes de lutte stratégique, j’avais deux moignons au bout des bras, et j’étais dans l’incapacité de les bouger ni de les ranger au chaud dans mes gants. Trop dure la vie sous la neige!
Cela nous prépare un petit peu pour Montréal…

Pourquoi partir/Pourquoi rester

Dans mon entourage « amical », il y a eu pas mal de mouvements : l’une est partie un an dans le sud de l’Angleterre, une autre en Écosse puis dans le sud de l’Italie, une autre quelques temps à Madrid… Je fréquente sur Internet pas mal de baroudeurs, qui ne tiennent jamais en place. Et également, dans une autre catégorie, j’ai les amis qui détestent voyager, ou tout au moins dont c’est loin d’être une priorité.
Et en y réfléchissant bien, par rapport à une discussion que j’ai eu hier, je me demande pourquoi certains veulent sans cesse découvrir du pays, et pourquoi d’autres n’en ont pas envie.

Est-ce que c’est seulement une question de tempéraments? Ou est-ce qu’ils n’y ont pas pensé, est-ce qu’ils ne connaissent pas forcément les opportunités qui s’offrent à eux? Je ne parle pas des personnes qui en ont envie mais qui n’ont jamais osé sauter le pas, mais à ceux qui n’y pensent pas.
Est-ce que c’est parce que je ne me contente pas de ce que j’ai, que je ne suis jamais épanouie? C’est vrai, après tout je suis super bien à Lyon…
Ça m’oblige à me poser des questions sur mes motivations réelles, non pas seulement parce que nous allons partir quelques mois, mais surtout parce que je ne peux pas me passer de voyager, même un jour ou deux, n’importe où. (pas besoin d’aller au bout du monde pour se sentir dépaysé et a contrario, on peut être au bout du monde sans mettre réellement à profit une telle expérience)
Bref, si jamais quelqu’un me lit (ce serait déjà bien) et que ce quelqu’un n’aime pas voyager, je serais ravie d’entendre son raisonnement!

Sur ce, je laisse le blog à mes divagations et vais profiter des 10cm de neige tombés par surprise cette nuit!

Une nouvelle année placée sous le signe du voyage

Enfin de retour à Lyon après une fin d’année parisienne, je me rends compte que je ne suis bien que dans ma ville ! De là ont émergé tout un tas de pensées : « Mais est-ce que Montréal va être comme un second chez moi?« , « Ca se trouve ça va vraiment être horrible, je ne vais pas réussir à surmonter le mal du pays… » suivi de « Oh et puis merde, tu verras bien!« 

C’est l’état d’esprit dans lequel je suis aujourd’hui, je ne pense pas trop à ce qui nous attends, je prends les jours l’un après l’autre. C’est pas facile quand on doit chercher un appartement en avance ou commencer à préparer tranquillement les petites affaires… On part précisément dans 37 jours, c’est une évidence mais on n’a jamais été si proches de partir. D’enfin réaliser un de mes rêves, celui de m’établir quelques temps en Amérique du Nord. Mine de rien, il y a énormément de pression autour de ce projet, une pression personnelle car il FAUT que ça me plaise (même si ça m’apportera forcément quelque chose, même si l’expérience est globalement négative sur le moment). Le plus difficile est de laisser les amis en Europe, mais je relativise en me disant qu’après tout, je ne vois la plupart d’entre eux que tous les deux mois. Ma voisine va me manquer, ma stéphanoise aussi, je ne vais même pas voir ma petite nièce prévue pour février, ni les petits…

Mais que voulez-vous? Il faut bien faire quelques sacrifices pour s’éloigner un petit peu des sentiers déjà tracés. Sans parler d’acte héroïque (pour moi, je ne fais que suivre mes envies, donc ce n’est pas si difficile), c’est quand-même s’éloigner du schéma familial et savoir se battre un peu plus que d’habitude pour obtenir 1) ce fichu stage 2) ce fichu visa 3) cette fichue bourse.
Mais maintenant c’est fait, donc n’y pensons plus! Avant tout, je redoute le choc culturel, qui a été déjà extrêmement difficile à supporter lors de notre premier voyage. On peut être le mieux préparé possible, ça ne changera rien, on le prend de plein fouet. Pour moi, en tout cas.

Pour finir en faisant bref, j’appréhende, et je suis excitée. Le voyage en avion va être terrible, mais après tout, je me dis que j’ai plus peur du voyage en lui même que de nos 7 mois là bas… C’est peut-être bon signe? En tout cas, quoiqu’il arrive, on a pris la bonne décision : Direction Canada…

ps : en illustration une carte de mon cru, parce que oui, on trouve de tout et de n’importe quoi en illustration, ici

Nuage de Tags