Just another WordPress.com site

Archives de avril, 2011

Mon Amérique du Nord en séries

J’avais pris beaucoup de plaisir à rédiger l’article Mon Amérique du Nord en livres, qui reste un de mes articles préférés parmi les centaines qu’il y a sur le blog ! Pourquoi pas ne pas le décliner, dans ce cas ? Je pense en premier aux séries : je suis une série-phile, j’ai regardé des dizaines d’intégrales, testé d’autres (qui n’ont pas été concluantes)
Il y en a que j’aime regarder juste parce qu’elles me divertissent : par exemple True Blood représente bien la Louisiane, Breaking Bad et le Nouveau-Mexique, Treme ou la Nouvelle-Orléans, ou encore Hung et Détroit… mais elles ne feront pas partie de cet article, elles ne sont pas assez marquantes ni « intelligentes » pour ça. Marquantes, dans le sens où elles sont sublimes, qu’elles ont changé ma vie (tout comme pour certains livres mentionnés dans le précédent article, je n’ai pas peur de le dire), ou même qu’elles sont marquantes parce qu’elles sont symboliques d’une période de ma vie, et aussi parce qu’elles m’ont fait voyager à travers les Etats-Unis.

1. San Francisco, Californie – La Fête à la Maison

Je viens tout juste de me rappeller de celle là ! Dans le générique on voit les collines de la ville, le Golden Gate Bridge, les maisons victoriennes… Il ne m’en fallait pas plus pour que, à 8 ans, San Francisco soit la ville de mes rêves. J’ai réalisé ce rêve en 2008 mais, aussi belle qu’elle soit, aussi cool et funky qu’elle soit, San Francisco ne m’a pas marquée autant que d’autres voyages, et nous n’y retournerons pas tout de suite.

2. Capeside, Nouvelle-Angleterre – Dawson’s Creek

En version française, Dawson c’est franchement niais et cucul. En version originale, c’est juste un peu niais. La différence est de taille ! Je ne sais pas si je dois le révéler mais mon tendre et cher a tenu, il y a quelques années, à revoir l’intégrale de Dawson’s Creek (alors que je me serais largement contenté des souvenirs d’adolescence que j’avais). Conclusion : c’est joli, la Nouvelle-Angleterre, quand-même. « Capeside » est en réalité en Caroline du Nord mais ce n’est pas grave, Dawson’s Creek m’a fait découvrir les pontons et les belles maisons de la Nouvelle-Angleterre !

3. Quelque part dans la forêt pluviale, Washington State – X-Files

Je ne me souviens que d’un seul et unique épisode d’X-Files. Je le regardais avec mon frère et ma soeur un dimanche soir (c’était le seul jour où on pouvait regarder la télé tous les trois en mangeant.). Je mangeais un cordon bleu, je crois que je n’avais pas plus de 6 ans. J’ai été absolument dégoutée et terrifiée par des espèces d’insectes verts fluos qui tuaient les gens et les enfermaient dans des cocons, au milieu d’une forêt immense et très sombre. De toute ma vie, je n’ai jamais remangé un seul cordon bleu.

4. Scranton, Pennsylvanie – The Office

Scranton, ancienne capitale américaine de l’électricité a connu une énorme crise. Aujourd’hui, l »Electric City » se stabilise et renait un peu de ses cendres, mais Scranton reste toujours une petite ville grise et sans grand attrait. Même si l’on quitte peu souvent le « bureau », on peut se rendre compte de l’ambiance particulière de cette ville, ça ne donne pas forcément envie d’y aller, en revanche !

5. Stars Hollow, Connecticut – Gilmore Girls

Nous sommes actuellement en train de regarder l’intégrale de Gilmore Girls pour la 3ème fois, et pour cause, c’est une de mes séries préférées ! Stars Hollow, ville imaginaire près de villes réelles comme Hartford ou New Haven, est un petit endroit de paradis, une vraie communauté où l’on se sent vraiment chez soi. Les personnages sont si vivants qu’on a l’impression qu’ils sont réels. C’est la signature de toute série qui est vraiment excellente. (en réalité, le plateau de tournage se situe en Californie, mais la série forge vraiment son identité sur sa localisation au Connecticut)

6. Banlieue de Salt Lake City, Utah – Big Love

Big Love vient juste d’achever sa 5ème et dernière saison il y a quelques semaines. Et c’était absolument parfait. Big Love raconte l’histoire d’un homme et… de ses trois femmes, dans trois pavillons de la banlieue de la capitale de l’Utah. En de nombreux aspects, la série me rappelle Six Feet Under : le rythme est lent, la photographie magnifique et les personnages réels et poignants, certaines scènes restent gravées dans ma mémoire (la virée en voiture entre Barb, Nicky et Margie dans le dernier épisode reste un des plus beaux moments que j’ai jamais vus dans une série). Ca parle de vie, de mort, de paradis, d’amour, de famille… C’est beau, quoi.

7. Dillon, Texas – Friday Night Lights

La petite ville imaginaire de Dillon, Texas, peut pourtant en représenter des milliers d’autres. Friday Night Lights présente une petite ville pieuse, patriote, enfermée sur elle-même, avec des guerres de clocher, un East Dillon noir, un West Dillon blanc, l’importance du foot dans une communauté. Encore une histoire de communautés. C’est l’Amérique profonde, mais les personnages ne sont pas présentés comme de gros débiles de texans (comme on les aime tant en France). Ils sont prisonniers de leur ville de Dillon qu’ils détestent mais qu’ils aiment trop pour la quitter. « Texas for ever »

8. Banlieue de Los Angeles, Californie – Six Feet Under

Je garde la meilleure pour la fin, une série qui a littéralement changé ma perception de beaucoup de choses, une série finalement simple : sur la vie, l’amour et la mort. Elle m’a donné envie de découvrir la pourtant peu attirante (pour moi) ville de Los Angeles, avec son étalement urbain qui n’en finit plus et ses belles collines verdoyantes où les personnages vont souvent s’échapper. Il est impossible d’écrire 5 lignes sur Six Feet Under, ni sur FNL ni sur Big Love ou Gilmore Girls, d’ailleurs, donc je vous donne le devoir de vous les offrir !

Et ce qui est marrant dans tout ça, c’est que l’année prochaine, nous allons très certainement passer par Scranton, plusieurs Dillon texans, par les forêts sombres de Washington et par la maison des Fisher…

All work and no play

 

Depuis un mois, je n’ai plus le temps de rien faire à part marcher, travailler et dormir. Je n’ai même plus le temps de m’occuper de mes affaires sur Internet. Ca y est, je suis devenue une grande, une « working girl » (à mi-temps au SMIC mais chut, ça faut pas le dire).

Cependant, la précarité ça peut avoir du bon : je fais un boulot qui ne me donne pas du tout à réfléchir, que ce soit quand j’y suis ou quand je rentre le soir chez moi, et ça, ça fait franchement du bien. Même s’il est fatigant physiquement et que je dois rester concentrée, j’aime assez l’univers de la bibliothèque (car oui, c’est là où je bosse) et je me vois bien bibliothécaire ou documentaliste dans une décennie ou deux (comprendre : concours d’Etat où il n’y a que 18 places par an et que je ne compte bien-sûr jamais passer). Le seul hic : j’ai l’impression d’être entourée de bobos. Etrange, n’est-il pas ? Dans le service public ! Qui l’eut-cru !
Je promet de revenir de plus belle sur la toile, mais en attendant, je n’ai pas d’autre possibilité que de me cacher dans une belle boite en plastique pour pioncer (cf photo).

Ma Bucket List des voyages #3 : L’Europe

Après l’Amérique du Nord et l’Asie, me revoilà avec une autre Bucket List, celle de mon continent natal. Pas forcément la plus facile à faire puisque je suis beaucoup plus familière avec ce continent là que d’autres… Donc il faut être un peu plus imaginatif !

La Galice

Mon père étant espagnol, il était naturel pour moi d’aller passer au moins un mois et demi l’été « au pays ». Cependant, si je connais bien l’affreuse côte sud méditerranéenne espagnole, si je connais bien la Catalogne, je ne connais rien d’autre… Un voyage récent à Madrid m’a donné envie d’y vivre (je ne fais jamais les choses à moitié) mais le reste de l’Espagne reste inconnu pour moi. Cela fait longtemps que j’ai envie d’aller à Séville, mais la première destination qui me vient en tête ce serait plutôt la Galice

Les Highlands Écossais
Je n’ai jamais mis les pieds hors des frontières anglaises à chaque fois que nous allons au Royaume-Uni. Je pense souvent aux Highlands, encore une fois à cause de ce satané Picsou. Nous n’y sommes encore jamais allés pour plusieurs raisons : l’Écosse, c’est très très touristique. C’est aussi très très cher. Il n’est pas facile d’y camper vu le climat, donc ça revient encore plus cher. Mais c’est sûr qu’un jour nous profiterons d’Édimbourg, des nombreux parcs nationaux, des beaux châteaux, des orages, des landes, des zanimaux… Tous les clichés, quoi.
Les Pouilles
Les quelques lecteurs qui fréquentent mon blog régulièrement doivent savoir à quel point j’apprécie la bonne cuisine. Et pourtant, je n’ai jamais mis les pieds en Italie (techniquement si : en traversant les Alpes, j’avais un pied en France et un pied en Italie, dans ma jeunesse fougueuse). Même si on trouve de la bonne bouffe en Toscane, elle ne m’attire pas tellement. Je pense plutôt à la Sicile ou aux Pouilles, deux régions italiennes plutôt pauvres, mais qui, à mon avis, recèlent de nombreux trésors…

Les Carpates 
Depuis quelques temps, j’ai très envie de mettre le cap à l’est et d’aller voir du côté de la Roumanie et de la Hongrie. Pas Budapest, qui est déjà le nouveau Berlin (qui était le nouveau Londres, qui était le nouveau Barcelone), mais plutôt du côté de la montagne. En Transylvanie, pour voir Dracula, quoi. D’après ce que j’ai pu voir, la nature y est somptueuse, tout comme les petits villages perdus.

La Croatie

Je ne connais absolument rien de la Croatie, si ce n’est que j’ai très envie d’y aller, surtout pour découvrir Dubrovik qui semble être une ville vraiment charmante.

Le Sud-Ouest français

J’adore ce coin là de France, et je rêve d’y retourner rapidement. J’adore la gastronomie du sud-ouest, évidemment, mais aussi les innombrables villages fortifiés du Périgord noir, les dizaines de châteaux magnifiques, les baignades dans la Dordogne, les montagnes…

La Bavière et l’Autriche

Je les mets dans le même sac vu que ce sera sûrement au cours du même voyage : je veux revoir Munich, voir Vienne, voir les Alpes, les châteaux suspendus au milieu de nulle part… Encore les clichés !

Pour tout dons, j’ai un compte paypal.

Nuage de Tags