Just another WordPress.com site

Archives de la catégorie ‘Lyon’

Être lyonnaise, c’est quoi ?

… C’est parler un langage un peu étrange, que ce soit en plein cagnard, dans une traboule, ou en prenant la ficelle… et demander aux gens c’est quelle heure. Dis moi pâs que c’teuh fois tu m’suis pâs ?
 … C’est ne pas avoir peur du gras. Encore mieux, c’est vénérer le gras. Comme je l’ai toujours dit : « Le gras, c’est la vie ». Passe moi le sauc’, steuplait.
… C’est savoir comment gérer les énormes orages d’été qui vous rendent plus mouillés que lorsque vous êtes sous la douche
… C’est ne pas oublier d’aller au Jardin St Pierre pour déguster ses macarons dans le silence
… C’est savoir que les chaussures à talons sont incompatibles avec cette ville, ses pavés et ses collines
… C’est s’en foutre complètement de ce que le reste du monde peut penser de Lyon et de vous, lyonnaise
  … C’est considérer Bocuse comme un Dieu. En ce qui me concerne, ce serait plutôt le chocolatier Sève.
 … C’est savoir que les Terreaux ne s’écrit pas « l’hétéro » (véridique, un ami pas lyonnais me l’a faite) 
… C’est avoir déjà suivi de près, ou tu suis encore maintenant, les exploits de l’OL, de l’Asvel ou du Lou (en ce qui me concerne, j’étais amoureuse de Müller)
 … C’est savoir que tu vas voler dans le trolley bus de Minuit car le chauffeur est pressé de rentrer

… C’est ne pas ignorer ce que sont des grattons, un jésus, un gratin de cardons de Vaulx, un bouchon, les Mères, les coussins…

… C’est ne jamais oublier de mettre des lampions (et non loupiotes ou lumignons) à tes fenêtres le 8 décembre
…C’est ricaner bêtement en disant à ton pote « d’aller voir à Perrache »
… C’est aimer plus que tout la Roseraie, sa fraicheur et sa tranquillité en plein mois d’août
… C’est essayer d’arriver le plus tôt possible pour réussir à choper l’une des rares chaises longues sur les berges du Rhône
… C’est aussi malheureusement devoir monter à Paris tout le temps pour voir des concerts, à présent
… C’est ne toujours pas comprendre pourquoi cette ville devrait être froide
…C’est te lever la nuit pour maudire le quartier de la Part Dieu (cela marche également avec l’échangeur Turcot de Montréal)
… C’est trouver un charme au quartier de la Part Dieu sus-cité, même dans son abomination bêtonnée
… C’est trouver trop au Nord tout ce qui est au Nord de Lyon, et trop au Sud ce qui est au Sud de Lyon
… C’est vanter sans cesse la position géographique parfaite de la ville : mer, montagne, volcans… sans en profiter assez souvent
… C’est être arrogant, un peu quand-même
… C’est savoir que l’amphitéâtre romain est un endroit très agréable pour glander mais que son ascension se mérite
… C’est ne jamais rater les Nuits de Fourvière
… C’est ne jamais louper la vogue des marrons à la Croix Rousse
… C’est avoir remarqué que les illustrations sur les sièges de bus et de tram sont… des lions
… C’est, même après toutes ces années, se perdre dans les rues pentues de la Croix Rousse
… C’est se pinter au Ninkasi
… C’est presque devenir mystique en voyant la Basilique de Fourvière éclairée la nuit au tournant de la rue de l’Université

Suis-je une vraie lyonnaise ? C’est vrai, après tout, je suis née à Oullins (ouh, mon dieu que c’est loin), j’ai passé toute ma scolarité à me battre contre le lobby stéphanois dans la Loire, mon influence gastronomique est espagnole… Mais après tout, être lyonnaise, c’est quoi ? C’est être émerveillée à chaque fois que je traverse le Rhône en TGV pour longer le Parc de la Tête d’Or…

(illustration d’~elenawing, sur deviantART)

Nouveau design/Ensevelis sous la neige

Après de longues heures de travail, le blog fait peau neuve! Il est prêt à souffrir beaucoup dans quelques semaines et à endurer mes nombreuses (je l’espère) divagations.
Une petite nouveauté : vous pouvez vous inscrire afin de recevoir un petit mail à chaque mise à jour, et cette fois c’est testé et approuvé, cela fonctionne!

Eh oui, il faut bien s’occuper différemment, cette semaine, il est tombé pas moins de 40cm de neige à Lyon, en cumulé. Il neige en continu depuis trois jours, et puisque je ne prends ni l’avion, ni le bus, ni le train, c’est ma foi très très agréable… La ville est silencieuse, j’ai l’impression que la neige absorbe tous les bruits indésirables. Même les weshs s’en donnent à cœur joie dans la rue en faisant des batailles de boules de neige… Batailles qui peuvent s’avérer épiques, surtout tard dans la nuit. Je n’y avais plus eu goût depuis des années, depuis que j’ai quitté ma montagne, à vrai dire! J’avais oublié à quel point la neige pouvait être… froide. Oui oui, froide. Après 40minutes de lutte stratégique, j’avais deux moignons au bout des bras, et j’étais dans l’incapacité de les bouger ni de les ranger au chaud dans mes gants. Trop dure la vie sous la neige!
Cela nous prépare un petit peu pour Montréal…

Mon jardin d’hiver

Nous avons profité d’un petit rayon de soleil pour aller faire un tour, après nous être contenté de regarder la neige à travers les rideaux hier. Comme je l’avais prédit cette hiver, telle une Madame Irma « nous aurons un hiver froid, mes p’tits! » Et voilà que j’ai raison, toute la semaine on va tourner à -5°C;-8°C… Tant mieux! Ça nous préparera au Canada. Par contre, je commence à avoir quelques sérieux doutes quant au fait que je vais tenir avec des -25°C… On verra.
En attendant de recevoir la deuxième et dernière étape de validation de mon visa, je vous présente notre petite balade dans la serre tropicale du Parc de la Tête d’Or, une des nombreuses serres, mais sans doute la plus majestueuse… J’ai toujours l’impression de me retrouver dans Myst, au milieu de cette végétation luxuriante. Cactus, bananiers, fleurs du paradis, petits oiseaux qui gazouillent, petits poissons qui trempouillent… C’est un endroit très tranquille, isolé de l’extérieur où je me sens sereine.
N’oublions pas non plus qu’il fait une bonne vingtaine de degrés là dedans : pas fous les hiboux! On n’allait pas non plus gambader au milieu des pelouses gelées du Parc…

La fin de l’été

Nous sommes passés de 44°C il y a deux semaines, à 10 petits degrés hier soir… L’automne montre bel et bien le bout de son nez, et ce n’est pas pour me déplaire. Les journées sont encore magnifiques, le soleil devient de plus en plus doux, la lumière de plus en plus orangée.
Nous avons découvert le bonheur d’aller se balader au Parc de la Tête d’Or à partir de 17h, où les marmots chialeurs et les weshsweshs gueulards commencent à libérer le passage. Les animaux s’éveillent eux aussi et profitent du calme pour reconquérir leur territoire et s’approcher au plus près des allées. Au menu : porcs-épics, grues, chats des sables, et mangoustes (pour les dernières acquisitions) et on retrouve toujours les célèbres habitants de la savane africaine… Mais à la tombée de la nuit, c’est toujours un peu spécial. Les porcs-épics font leur toilette, les mangoustes font la course, les grues hérissent leurs crête de punk, les énormes poissons du bassin africain font leur première apparition… Tout est calme et apaisé, les animaux ont enfin la paix, et c’est un luxe de les voir presque tous seuls… On profite aussi des animaux du terroir lyonnais : en s’asseyant quelques minutes sur un banc, de minuscules chauves-souris s’approchent et volètent autour de nous.
On a l’impression d’être tous seuls dans le Parc, il y a bien quelques ombres grises ressemblant vaguement à des humains, par ci, par là, mais quelle paix !
Il ne reste plus qu’à en profiter au maximum jusqu’au 21 octobre, le Parc sera encore ouvert jusqu’à 22h30. A nous les soirées en pleine nature!

Flâner à la Cité Internationale


Je vous ai déjà sans doute parlé de mon coin préféré de Lyon, dans le 6ème, un coin chicos, voire bobo, avec vue sur le parc de la Tête d’Or d’un côté, et sur le Rhône de l’autre…

Les immeubles en brique rouge et en verre symbolise une traboule, puisqu’au milieu il y a un énorme passage couvert, où l’on peut se balader à n’importe quel moment de l’année.
Un petit coin de paradis, l’endroit le plus frais de Lyon (et on en a bien besoin, ces temps-ci). Notre programme de l’été, c’est ciné dans le coin, puis balade (ou échouage) dans l’herbe verte de la roseraie.
Rien de plus.

Un peu de campagne…

Mon mémoire est bouclé. J’ai donc plus de temps pour redécouvrir ma ville, sous un temps magnifique, et pourquoi pas, aller faire un petit tour dans la campagne lyonnaise ? Il suffit de prendre quelques bus TCL et nous voici au milieu de nulle part, à la limite des Monts d’Or, pour une journée dans la forêt en compagnie de poney.
C’est aussi ça, le grand bonheur d’être à Lyon : avoir la vraie campagne à seulement quelques dizaines de minutes de transport, que ce soit les Monts d’Or, le Beaujolais, les Monts du Lyonnais…
L’été a bien commencé, et est très satisfaisant -photographiquement parlant- !
J’en profite pour souhaiter un bon été aux 4 tondus qui passent par ici, et à bientôt avec des photos de la jungle urbaine parisienne !

Lyon, le beau temps, les mémoires, la chaleur

Voici venu le temps de la chaleur étouffante, (des rires et des chants). Lyon, objectivement la plus belle ville du monde, qui, dès le 20 mai devient invivable avec son grand soleil qui tape très fort, sa chaleur épouvantable… Certains ont la chance de pouvoir se réfugier sur les berges du Rhône pour profiter de l’air frais, ou encore sous l’ombre rassurante d’un grand arbre au Parc de la Tête d’Or… Mais non. Nous, nous sommes coincés dans notre studio, dans l’obscurité, avec deux ordinateurs qui chauffent, et dans l’espoir que l’orage éclate enfin, ou tout au moins qu’il pleuve ne serait-ce que quelques minutes pour refroidir un peu l’air, quitte à ce que l’eau évaporée nous étouffe encore plus après…
J’ai fini de rédiger mon mémoire, j’attends avec impatience les commentaires de ma directrice pour savoir si je dois tout recommencer ou, si, avec de la chance, je n’ai plus qu’à préparer ma présentation orale afin de la passer avant le 15 juin… Dès lors, il s’agit de remplir les dossiers de demande d’admission en Master Professionnel, et de fureter de partout sur le net pour savoir si un montréalais veut bien de moi en stagiaire. Il est un peu tôt mais j’ai déjà une accroche avec l’association québécoise Equiterre qui oeuvre pile poil dans mon domaine. Inch Allah, nous serons partis en Mars.

Mon petit Benjamin, quant à lui, ne décroche pas non plus de son écran, après avoir lu, relu, et rerelu des bouquins de 1500 pages, afin d’achever son mémoire. Et de préparer sa thèse…
Ce petit billet se terminera avec quelques photos de Lyon, datant du mois d’avril, prises pendant un superbe week-end avec nos amis bretons.

Let the summer begin !

Des pandas sur la place des terreaux

L’association du panda, la WWF, a organisé une journée de sensibilisation sur la place des terreaux, au coeur de la presqu’île, à Lyon. 1600 pandas en papier mâché dessinés par un artiste, ont été dispersés sur la place, jusqu’à la fontaine de Bartholdi. Vous me connaissez, je suis complètement gaga des pandas et qui plus est sensible à l’action de la WWF, donc je n’ai pas pu résister à y aller jeter un oeil.. Et à finalement faire ma donation annuelle pour adopter un d’entre eux.
Passé l’aspect ludique de l’exposition, on prend un coup de bambou (désolée pour le mauvais jeu de mot) et on se rend compte que 1600 pandas… Et bien ce n’est plus beaucoup…

Le 8 Décembre

P1010930Inaugurons le mois de décembre avec un petit billet sur la fête des Lumières, et plus précisément sur le 8 décembre à Lyon! Depuis que je suis toute petite, c’est un grand bonheur que de mettre les lampions aux fenêtres, puis de m’endormir pendant qu’ils s’éteignent peu à peu… C’est encore plus spectaculaire au milieu de la campagne, où tu ne vois que la lumière flageolante des lampions, à 10 km à la ronde…
Le 8 Décembre, c’est avant tout pour remercier la prétendue vierge, Marie, d’avoir arrêté l’épidémie de peste noire aux portes de Lyon. Un miracle, à l’époque (et un miracle dans l’absolu, d’ailleurs), mais c’est aussi la date de la prétendue immaculée conception (oooouh ça dénonce!). Bref, un méli mélo historique pour fêter ce qui est aujourd’hui la fête des Lumière
P1010861s.
Fête des Lumières qui a été particulièrement réussie cette année. Pas de conceptualisation et pas trop d’abstraction artistique : juste
du spectacle. Accessible à tout le monde, à tous les esprits, mais tout simplement très beau.
Et surtout, la réouverture du Parc de la Tête d’Or en cette occasion, du côté du lac, entrée Churchill, où un joli tapis lumineux nous accueillait avec son magicien..
. Le spectacle sur le lac était lui aussi très spectaculaire, et bien plus beau le 1er soir où il n’était pas encore mis en musique : les barques flottaient au milieu de la brume, les ombres fantomatiques des arbres appuyant le côté « Sleepy Hollow »!P1010889
La balade sur les berges du Rhône était tout aussi belle, pour rejoindre la Presqu’île, tant redoutée les années précédentes à cause de la foule, mais cette année elle était enfin pénétrable! Tout au moins le vendredi soir où nous étions presque seuls pour une Fête des Lumières (je précise, tout est relatif!). Très beau tableau sur la Place des Terreaux, pour finir à St Jean et enfin à la Préfecture, où nous avons plutôt assisté à un son et lumière, plutôt bourrin, mais comme je les aime! Très spectaculaire, une fois de plus.
Nous en avons bien profité cette année avec trois soirées dehors, cela change des années précédents où la pluie est de la partie!

Merci à la ville de Lyon pour cette fête, qui chaque année me fait dire « punaise, ça va être difficile de partir d’ici… »P1010919

Bientôt l’automne

P1010378… la rentrée des classes, les feuilles rougissent et commencent à tomber avec le vent du nord… De quoi desespérer la plupart des gens! En ce qui me concerne : je suis aux anges. Je suppose que le début de l’automne à Lyon ne vaut pas l’automne québécois, son ciel bleu et pur, et ses érables de toutes les couleurs…
Mais quand même, on s’en contente! Voici un petit article pour meubler un peu et éviter de laisser le blog moribond, à propos de tout et de rien.
Une nouvelle année scolaire commence pour Ben, qui rentre en Master 2 LCE (enfin… lui il a jusqu’à novembre pour se préparer psychologiquement) avec pour sujet de mémoire « Le passage à l’âge adulte chez Stephen King ». Quoiqu’on puisse en dire, il faut quand-même des c******* pour oser faire un tel sujet dans notre belle université française conservatrice. Croisons les doigts pour qu’il en soit ainsi pour le doctorat, également!
Quant à moi, je commence un M1 d’Etudes Rurales, qui est le prolongement de mes études de géographie, mais plus spécialisé, avec des cours tels que « Nature et Protection », « Géographie Rurale », et grande nouveauté pour moi… le retour de l’Histoire dans mon cursus! (« Histoire Rurale contemporaine ») Je vais en baver! Mon sujet de mémoire est également un petit peu spécial : La valorisation patrimoniale du cardon en région lyonnaise. Pour les noobs non-lyonnais, il s’agit d’un légume du terroir lyonnais et genevois. Mon objectif sera d’en définir la valeur, et de voir si éventuellement, les agriculteurs peuvent prétendre à une AOC.
Cependant, mon grand challenge de l’année sera de me mettre à apprendre une nouvelle langue en auditeur libre : l’allemand (si le service administratif le veut bien…)
P1010429
En attendant toutes ces réjouissances, rien de tel que d’aller profiter des derniers rayons de soleil au parc de la tête d’or, désormais seulement occupé par les joggers et cyclistes, et qui devient à l’automne un vrai havre de paix…

Nuage de Tags