Just another WordPress.com site

Archives de la catégorie ‘Visas pour partir’

Un voyage tranquille mais un passage chaotique à l’immigration

Enfin, c’est fini, on a plus besoin de se trimballer nos 72 kilos de bagages (pesé et certifié). Nous sommes arrivés à Montréal hier, et après une looongue nuit, nous voilà prêts à explorer la ville, ou plutôt St Hubert, puisque c’est là où nous logeons actuellement.
Soulagés, tous les lecteurs se disent « ah, enfin, pour une fois tout s’est bien passé! »
Et bien… non. Le passage à l’immigration a été plutôt délicat. Nous appréhendions déjà beaucoup quant au statut un peu litigieux de Ben, qui demandait juste un visa touristique, visa qui peut attirer des soupçons pour une si grande période. Heureusement, en moins de deux, il a son petit papier miraculeux sur le sien. Reste mon cas à moi… En cherchant sur son ordi, elle ne trouve qu’un visa affilié à mon numéro de passeport : un PVT! (oh lord…). N’en voulant absolument pas (je le garde pour une autre fois!), je lui demande quelles sont mes options, ce à quoi elle me répond « Je vous mets dans le prochain avion pour Paris et vous verrez avec l’Ambassade).
Youpi, donnez moi donc ce PVT!
Et voilà où j’en suis…
Pour l’instant je n’y pense pas trop, mais il va falloir que je m’en occupe bientôt!
A part ça, étant donné qu’on est à peine passés à Montréal, on a du mal à réaliser qu’on y est enfin… !

"Votre demande de permis de travail a été approuvée sous un Programme de Mobilité des Jeunes".

Ça y est! Visa en poche! (enfin, dans la boite mail…)
Valable jusqu’au 15 septembre 2010.
Et on part dans deux mois pile poil!

Whouhou!

Le suspens continue, l’hiver arrive et l’agence Panda Travel s’active


Il se passe si peu de choses et en même temps les choses avancent un peu. Je soupçonne à présent que ma Convention de stage se soit perdue dans le Triangle des Bermudes. Le dénouement n’est donc pas prêt d’arriver. Cependant, j’en sais un peu plus !
Hier j’ai demandé à mon employeuse de m’écrire la lettre d’invitation, indispensable pour obtenir le Visa de stage dans le cadre des études, délivré par l’Ambassade du Canada. Je sais donc tout sur mes missions : Sur le magnifique document falsifié à votre gauche, il n’y a que mon premier sujet d’étude, mais ça vous donnera un ordre d’idée sur ce que je fais dans la vie, j’ai souvent l’impression d’être Chandler… (cf Friends, pour les incultes)
Je commence le 1er mars, mais nous serons à Montréal deux semaines avant. D’une, parce que les billets sont moins chers en février, et de deux parce qu’il va bien falloir trouver un appartement durant ce laps de temps. Théoriquement, ma mission se termine le 5 Septembre, date que je vais pouvoir négocier à mon avis… C’est là que vient l’histoire du Panda Tour!

Vous vous souvenez peut-être que nous avions prévu un voyage dans le Grand Ouest Américain l’été prochain? Avec nos amis-baroudeurs, nous avions fixé la dernière semaine d’août… Il s’avère que ce sera sans doute un peu plus tard. Mais il ne va pas falloir tarder pour tout réserver, les campings les plus prisés affichent déjà complet 6 mois avant l’été! Le bon point, c’est que la foule sera déjà partie, et que nous serons beaucoup plus tranquille pour découvrir les merveilles de l’Ouest. La chaleur sera aussi moins vive, mais malheureusement elle laissera place à quelques orages… J’en parlerai un peu plus dans un autre billet, mais l’itinéraire est déjà plus ou moins fixé et nous resterons uniquement dans le Pays des Canyons, au Sud de l’Utah… Rien que d’y penser ça me fait déjà du bien!

Quels visas?

Avoir envie de partir, c’est bien, mais partir avec un visa, c’est mieux (histoire d’éviter quelques inconvénients à la frontière…)
(et puis on vous a déjà dit que « no cars go to montreal », ne tentez même pas avec celle de l’image!) Voici une brève énumération des différents moyens pour pouvoir résider au Québec :

Pour les étudiants, c’est plutôt simple, il suffit de vérifier les partenariats de votre Université française, et vous n’aurez guère à vous préoccuper du visa, toute la démarche est (généralement) guidée

On peut aussi immigrer au Québec pour être travailleur temporaire : il faut trouver un emploi là bas avant de faire les démarches. Autant dire que c’est mission impossible, à moins que vous exerciez une profession en demande… (nottamment pour les infirmières, il y a même un bureau de « recrutement » direct)

Le fameux PVT (Permis Vacances Travail)! Vous pouvez partir pendant une année complète, travailler, bref, faire ce que vous voulez en retirant ce visa. Un certain nombre est mis en ligne chaque année, ce site est indispensable pour avoir plus d’infos : http://www.pvtistes.net/

Et enfin, les résidents permanents… C’est pour cette option que nous avons opté, le visa PVT étant trop précaire, et je ne pouvais pas bénéficier de l’échange étudiant (contrairement à Ben) puisque je ne serais plus étudiante… C’est une situation qui nous convient donc tous les deux! Je vous passerais les différents types de demandeurs (tels que les « gens d’affaires » qui sont des investisseurs et qui, je pense, ne trouverons pas trop de problèmes à immigrer pour placer leurs millions)

Quelques précisions sur le fonctionnement de la demande de résidence permanente :

Etape 1 : Faire une simulation de demande sur le site http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr
On vous posera toutes les questions « vitales » : niveau d’étude, quelle maitrise des langues anglaises et françaises, expérience professionnelle…
On vous dit tout de suite après si vous correspondez aux critères demandés : Si ce test préliminaire n’est pas concluant, autant ne pas se faire de faux espoirs, à moins que vous ayez une demande conjointe avec quelqu’un qui est reçu, ça va être très difficile

Etape 2 : L’envoi de la demande « papier » au gouvernement du Québec! En gros, les mêmes questions que dans l’étape 1, mais plus précises, avec demande de justificatifs (factures, fiche de payes…)

Attention : Si vous partez en couple, vous pouvez faire une demande conjointe : il y aura un requérant principal et un requérant secondaire. Il vaut mieux mettre en requérant principal celui qui a le plus de chances de correspondre aux demandes québécoises… Les frais de demande de visa seront divisés.
Pour faire une demande conjointe, il faut soit être mariés, soit être
conjoints de fait (vivre ensemble depuis au moins un an, factures aux deux noms à l’appui, peu importe si vous êtes hétéros, gays, pacsés, concubins…)

Etape 3 : Attendre la réponse du gouvernement québécois! Si elle est positive, le dossier sera transmis au gouvernement canadien, qui a le dernier mot. En général, si vous avez été accepté par le gouvernement québécois, vous avez 99% de chances (ces chiffres proviennent du bureau de l’immigration québécoise) d’être admis par le Canada.
Les dernieres « épreuves » sont : une visite médicale non-remboursable par la sécu (pour chacun des demandeurs), une radio des poumons, et souvent, un entretien oral où on vous posera quelques questions sur vos motivations

Et… quelques frais en plus évidemment!

Voilà le récapitulatif des frais

Pour le gouvernement du Québec :
390$ pour la demande de certificat de sélection (DCS) (requérant principal)
150$ pour le DCS du conjoint de fait
4 à 6 mois d’attente

Pour le gouvernement du Canada :
550$ par personne : examen médical + casier judiciaire
6 à 9 mois d’attente

Il faut donc s’y prendre à l’avance…

Ces frais sont bien sûrs approximatifs, il ne faut pas oublier qu’il faut aussi disposer d’une certaine somme (de quoi vivre en autonomie financière pendant trois mois) et demander une attestation à sa banque.

Une fois le visa permanent obtenu, pour le conserver, la règle est simple : il suffit de demeurer sur le territoire canadien au moins 2 ans, sur 5. Les allers-retours sont donc possibles… et peut-être recommandés pour certains!

Et sans compter tous les autres frais : avion, location pendant une semaine etc…
Mais ça c’est une autre histoire!

Nuage de Tags