Just another WordPress.com site

Le printemps est là

C’est comme une évidence, j’ai le nez qui me démange, il fait un grand ciel bleu, il fait très froid le matin et très doux l’après-midi. Il n’y a aucun doute : le printemps est là. L’hiver a été très long. J’ai l’impression de ne pas être passée par la case « automne » en rentrant d’Amérique du Nord. Ça fait du bien de se réchauffer sur les marches des berges du Rhône, en voyant la Basilique de Fourvière perchée là haut, derrière un voile de brume. J’écoute « Deep Blue » d’Arcade Fire et repense à nos marches le long du Boulevard St Joseph avant de trouver la quiétude du Jardin Botanique. J’ai l’esprit bien ici, mais j’ai aussi l’esprit ailleurs.

Mes compagnons de voyage le savent : je voyage léger. Généralement, une robe, une brosse à dent, deux culottes et deux tee-shirts et c’est bon, je tasse le tout dans mon sac et c’est parti. Je ne parle même pas de week-ends à Paris ou à Londres (où là, la liste est encore plus réduite) mais de vrais grands voyages, par exemple comme nos précédents en Utah, et le prochain à venir sur la route. Bon ok, j’exagère peut-être un peu, pour trois mois de voyage, le sac à dos risque d’être un peu plus lourd ! Quelles sont les 10 choses que je prend à tous les coups quand je voyage dans ces endroits magnifiques ? (je suis sûre que si je partais en Laponie, la liste ne serait pas franchement la même…)

1. Sans Birkenstock, point de salut. Après avoir marché toute la journée avec des chaussures de marche (qui sont humides et puantes le soir), mes petits pieds respirent rien qu’à l’idée de retrouver mes chaussures préférées, mes Birkenstock à semelles molles, avec lesquelles je peux faire des dizaines de kilomètres sans avoir mal ni aux pieds, ni au dos (ce qui est très rare chez moi). Le plus dur, c’est de devoir me passer de mes chers vernis bleu et rouge… (bin oui, ça fait pas très warrior, sinon)

2. Encore un peu de pub pour la jeunesse branchée (ou les vampires). Mes Wayfarer sont mes meilleures compagnons de jeu depuis une grosse année. Bien couvrantes, elles me font voir la vie en rouge. Il fait toujours plus beau quand je les mets qu’en vrai. Ne vous avisez pas de me les piquer, elles sont à ma vue. A ma vue de taupe.

3. Avoir un teint de rousse, c’est joli, mais seulement en hiver. Le reste du temps, ça me donne envie de pleurer, même avec un écran total indice 10 000. Bouh.

4. Mon carnet de voyage Moleskine tout pourri, sur lequel j’écris les événements de la journée, les adresses des heureux destinataires de cartes postales, où je colle des choses, où je calcule… C’est toujours un plaisir à relire quelques années après…

5. Un aspi-venin. Même petite, ma mère me suivait toujours avec. Je suis très allergique aux piqûres de guêpes (je ne fais heureusement pas d’œdème de quink pour ça) et évidemment, je me fais piquer à peu près toutes les semaines en été. Et puis qui sait, il y a peut-être de redoutables serpents à sonnette qui traînent dans le coin ?

6. Les guêpes m’aiment, mais pas autant que les moustiques. Je dois avoir une peau sucrée ou qui sent fort, je ne sais pas. Pendant l’été montréalais, j’avais même été handicapée pendant plusieurs jours à cause de ma jambe qui avait doublé de volume. Sales bêtes. Seul le répulsif canadien, interdit à la commercialisation en Europe (car il contient des saloperies ignobles) arrive à les éloigner un peu.

7. Il est évidemment un peu cliché de dire « mon iPod« , d’autant plus que je déteste ce petit appareil. Et pourtant… il n’est toujours pas cassé donc je le trimballe toujours avec moi. La musique fait autant partie du voyage que les senteurs, les paysages, les bruits de la nature…

8. Une carte. Des tonnes de cartes. Je ne peux pas voyager sans cartes, je me sens nue sans elles. Ma dépendance à la géographie, peut-être ? Ou alors ça vient d’un traumatisme lié à des années de tortures en salle de cartographie ? (un peu comme un syndrome de Stockholm…)

9. Mes appareils photos, deux ou trois, selon ce que je peux emprunter. Mon reflex Canon et ses deux objectifs (50 mm et 14 mm) et mon instantané Fujifilm, avec un tas de cartes SD et de films !


10. Mon shampoing solide Lush. Je pense que c’est le seul produit de soin que j’aurais besoin d’apporter avec moi si nécessaire. Il lave tout. Il passe dans la cabine d’avion avec moi. Il dure 6 mois. Il ne fond pas. Il ne coule pas. Que demande le peuple ?

 J’ai très envie d’écrire ces derniers temps mais je n’ai malheureusement le temps de rien : pas le temps d’aller explorer Lyon avec mon appareil photo, pas le temps de faire du sport, pas le temps de faire autre chose que de rester derrière cet écran… Les prochaines vacances ne sont prévues que pour fin Mars, donc d’ici là, je n’ai plus rien à raconter !
Donc je prends quand-même une pause pour vous parler d’un projet que mon tendre et cher et moi avons pour l’année prochaine. Oui. L’année prochaine. Je sais, c’est dans longtemps. En attendant, ce sont ces projets qui m’aident à m’évader et à penser un peu à autre chose.
Après de nombreuses modifications de dates, d’itinéraire, d’envies… Nous voilà parvenus à quelque chose qui est, à mon avis, parfait. On ne voulait pas faire les choses à moitié et faire un vrai voyage « initiatique ». En train, le long des côtes américaines, pour finir sur 4 roues dans l’Utah pour un mois ou deux. Washington DC, Charleston, Savannah, Atlanta, la Nouvelle-Orléans, San Antonio, San Diego, LA, Seattle… 
Je vous laisse admirer :

New York-New Jersey-Delaware-Virginie-Caroline du Nord-Caroline du Sud-Géorgie-Alabama-Mississippi-Louisiane-Texas-Nouveau Mexique-Arizona-Californie-Oregon-Washington-Wyoming-Colorado-Utah.. Autant d’États que nous allons traverser, visiter, et explorer pour certains. Ça me semble tout à fait réalisable.
Au boulot. Remarque, avant, j’ai quelques séjours à Londres à organiser…

Il va bien falloir 12 mois pour préparer tout ça…

 La météo de ce mois de Janvier est jusque là clémente : chaque jour le ciel est plus bleu et plus clair. C’est le temps idéal pour aller entamer une longue balade au Parc de la Tête d’Or, et plus précisément du côté du carrousel… Même les touristes arriveront à trouver le lieu en question grâce à l’odeur de pâte à crêpe qui embaume toute cette partie du Parc.

J’ai un petit faible pour leurs gaufres croustillantes et moelleuses, avec une pâte faite-maison et des chocolats à pâtisserie de très haute qualité… Sans oublier les spéciales du jour : hier elle était à la crème de citron mais en été elle sera à la crème de fraise et chantilly… C’est un incontournable à Lyon et en plus, c’est même pas très cher. Sincèrement, j’en redemande ! (et puis il faut bien que j’aille goûter toutes les spéciales, d’ailleurs. Et aussi le chocolat chaud maison !)

Mes bonnes résolutions

 Toujours avec deux semaines de retard, comme d’habitude, je décide de reprendre un peu le blog en main pour dire des bêtises… comme d’habitude. Faute de temps et d’inspiration, il a été un petit peu laissé à l’abandon, mais ces bonnes résolutions vont me permettre de moins laisser le blog dans son coin… Pour réussir cette année 2011, je me souhaite de :

– Perdre mes 4 kilos américains
– Mettre à jour le blog plus souvent
– Me mettre enfin sérieusement à mon projet « Mille choses à faire à Lyon » (il y a de la demande, je le vois bien dans mes statistiques de blog !)
– De ce fait, redécouvrir Lyon et découvrir ses moindres recoins
– Devenir riche, accessoirement
– Ne pas préparer le road trip de 2012 avant Septembre de cette année
– Lire plus, enfin… retrouver mon rythme de lecture habituel (1 livre tous les 10 jours)
– Rentabiliser à nouveau ma carte UGC
– Etre moins fainéante
– Être moins sarcastique (ça c’est ce que les gens veulent mais je trouve que la vie est tellement plus fade, sans sarcasmes…)
– Progresser en photographie, je sais que niveau technique je serai toujours une quiche, mais il y a de quoi faire au niveau du cadrage et des sujets, surtout en photo urbaine
– Faire de beaux portraits de mes amis et de ma famille, un autre projet que je souhaite réaliser cet été
– Ne pas m’acheter de chaussures neuves avant l’automne
– Savoir que je me ment en me disant que j’ai besoin de ce nouveau sac
– Ne plus faire les soldes, ne plus aller dans les centres commerciaux et privilégier les petits créateurs sur Dawanda.
– Manger moins de viande
– Se rapprocher d’un 100% bio dans mon frigo
– Arrêter de traiter Lord Byron de groslard
– Découvrir de supers blogs d’expats, de voyageurs…
– Etre admise dans la formation de documentaliste que je convoite et avoir le poste que je convoite à la bibli
– Être encore plus présente avec mes amis et leur souhaiter une très belle année !

Nostalgie

Il y a très exactement 287 jours, nous atterrissions dans la banlieue montréalaise pour faire nos premiers pas sur la neige croustillante québécoise. Deux jours après, nous étions presque prêts à jurer comme les québécois et en avions marre de cette « mârde blanche » qui nous oblige à marcher comme un pingouin dans la rue pour assurer ses arrières. Et pourtant… Même si l’hiver dernier était loin d’être un vrai hiver québécois et que nous sommes presque arrivés au temps de la fonte des neiges, je ne rêve que d’une chose, c’est d’y retourner. Pour enfin profiter d’un hiver canadien, faire des bonshommes de neige, (re)vivre des tempêtes infernales, faire du patin dans les parcs…
Entendre à nouveau les premières notes et les paroles de la chanson The Suburbs il y a quelques jours à la Halle Tony Garnier a été un moment bouleversant pour Ben et moi, et évidemment, ça nous prend toujours pas surprise… Nous avions entendu cette chanson pour la première fois à la sortie de l’hiver montréalais, et elle restera toujours pour moi ancrée à Montréal et à mes souvenirs montréalais. Et là, de retour à Lyon, nous l’entendions pour la dernière fois, en présence du groupe. Ils nous ont accueilli là bas, ils nous laissent ici. C’est la fin d’un cycle. Et j’espère que ce sera pour moi l’occasion de me réadapter à la vie ici, de tourner enfin la page et de passer à autre chose… jusqu’au PVT…

Sometimes I can’t believe it
I’m moving past the feeling again

I wanna be the King of Spain

Still I am not from Barcelona,
I am not even from Madrid.
I am a native of the North Pole
And that can mess up any kid
 Nous sommes de retour de Madrid, où nous avons passé trois jours beaucoup trop courts. Ben, dont la famille est madrilène, m’avait énormément parlé de cette ville. Je connais l’Espagne pour y avoir passé au moins un mois de chaque année de ma vie, seulement, je ne connais que la région Valencienne, d’où est ma famille à moi. Malgré quelques virées en Catalogne, je dois avouer que je ne connais pas du tout le reste de l’Espagne. C’est donc avec une impatience de plus en plus vive que j’attendais ce séjour. Et aussi parce que j’allais retrouver la gastronomie espagnole qui me manque tellement (pas facile de se fournir correctement en n’ayant qu’une toute petite épicerie espagnole près de chez soi!) 
Je dois vous avouer que nous avons pris un supplément bagage avec Easyjet juste pour pouvoir ramener des provisions…
L’arrivée sur Madrid est spectaculaire, avec l’atterrissage presque au milieu de la Sierra de Guadarrama noyée dans les nuages.
Madrid me semble être une ville tellement étrange : on sent des influences typiquement hispaniques mais parfois j’avais l’impression d’être à Paris (mais en plus calme et agréable). Le Palacio Real est majestueux, tout comme la Plaza Mayor, mais je crois que mon coin préféré a été le quartier moins touristique autour de la calle fuencarral. 
Pour une fois, je n’arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui me plaisait dans une ville. Parfois j’avais l’impression d’être à Londres, parfois je sentais bien l’Espagne, surtout en marchant sur le paseo près du Musée du Prado. C’est une ville aérée contrairement à Barcelone que je n’avais vraiment pas aimé. Je me suis sentie bien en marchant des les rues madrilènes, je me suis sentie à l’aise, comme si je connaissais très bien la ville et que j’étais déjà venue plusieurs fois. C’est clairement un endroit où je pense que je pourrais vivre sans problèmes. Parfois, les eucalyptus et les petits clochers médiévaux m’ont fait pensé à … San Diego… Pas étonnant que Madrid soit si belle à mes yeux si elle a un petit air américain !


La soirée a été occupée par un concert d’Arcade Fire au Palacio de Deportes. Premier concert avec le public espagnol et l’expérience sera renouvellée! Ca fait du bien de ne pas être les seuls à sauter pendant 1h40 et à être aussi fous… Toute la fosse de la salle immense de 15 000 personnes sautait et hurlait. Même le groupe semblait n’avoir jamais vu ça… (pourtant ils sont déjà allés à Barcelone, hum hum)… Il ne manquait plus que le Pepsi de la vie, des empanadas, du jamon iberico et des croquetas… Ah, que l’Espagne m’avait manquée… Etant toujours attirée par les pays du Nord, je crois que je dois faire cette exception involontaire parfois, il doit y avoir quelque chose dans mon sang qui m’oblige à revenir régulièrement au pays…
Le chapitre sur l’Asie sera forcément plus succint que celui sur l’Amérique du Nord (je serais d’ailleurs surprise si j’arrive à trouver des destinations pour chaque continent, vous aurez compris que j’ai vraiment la tête tournée vers le nord-ouest)

Le Japon
Quittons un peu l’Amérique du Nord pour aller tout à fait de l’autre côté. Le Japon est une destination qui nous est venue très tard, à Ben et à moi. Pour moi, cela devait sans doute être lors de mes cours de civilisation et de géopolitique japonaise, pour Ben, cela devait sans doute être devant Final Fantasy. C’est surtout le Japon rural qui m’attire, mais je ne suis pas du tout contre l’idée de me perdre dans les arcades de Tokyo… ou de m’acheter des bonnets de panda et des collants roses…

Des photos atypiques pour illustrer ce chapitre, celles de Masahiro Miyasaka qui est franchement balèze. (oui, je n’ai pas mieux, comme commentaires.)

Le Vietnam
 C’est sans doute la seule destination d’Asie du Sud Est qui m’attire véritablement, depuis que j’ai vu des images de la magnifique Baie d’Along, sur un documentaire de France 5, un jour de mes 10 ans où j’avais la grippe…

La galerie de Ryan Mussbacher est fort sympathique… Mais je ne sais pas si elle suffira à convaincre mon tendre et cher hibou! 

Le pays des pandas 
La Chine? Bof. Le sanctuaire du grand panda du Sichuan? Je signe. 

 

 Je me rappelle déjà avoir fait cet article, exactement à la même période de l’année. Aujourd’hui, il vente. La nuit tombe à 17h. C’est une période de l’année que j’aime beaucoup, habituellement. Le mois de novembre introduit doucement ma saison préférée, l’hiver… Mais c’est aussi souvent un synonyme de tranquillité, où je suis sur mon canapé, en train de bosser derrière l’écran et de siroter mon Darjeeling… Et c’est à cette période de l’année que j’aime aussi parcourir des blogs de grands voyageurs, regarder leurs photographies de neige ou de soleil et surtout rêver…

Et puisque l’article précédent semble avoir disparu pendant la migration du blog, ça m’occupe bien de le refaire, surtout que beaucoup de choses ont changé depuis… Et pour faire d’une pierre deux coups, je vais essayer de l’illustrer avec des blogs croisés à droite et à gauche !
Le Yukon et l’Alaska
Cette destination me trotte en tête depuis de très nombreuses années. Depuis que je suis toute petite, en fait, et que j’ai découvert l’épopée de La Jeunesse de Picsou, saga qui demeure encore aujourd’hui une de mes plus belles découvertes et une des mes œuvres de fiction préférée. Picsou cherche de l’or dans la vallée de l’agonie blanche, en plein cœur du Yukon, entouré par les ours, les caribous, les aurores boréales… Tout me parait plus grand dans cette région. La nature sauvage (et ses dangers) dans toute sa beauté

Les quelques photos de Nicolas Dory, installé au Yukon, expliqueront les choses mieux que moi.

Les États du Sud : Louisiane, Géorgie, Mississippi, Missouri, Alabama, les Caroline…
Ah, la torpeur du climat de la Nouvelle-Orléans, les bayous louisianais, les southern pies, le gombo, la musique! le Smocky Mountain NP, les plages, Savannah, l’architecture antebellum, bref, l’Histoire américaine (avec un grand H, s’il-vous-plait !)

 Le blog d’Alfonso Pompo Bresciani, qui capture merveilleusement bien les ambiances de la Nouvelle-Orléans.


Retourner en Nouvelle-Angleterre

Mais cette fois, la parcourir de long, en large et en travers. Nous connaissons un bout de Maine et un bout de Vermont, nous avons traversé le New Hampshire, mais nous ne sommes jamais allés dans le Massachussets ni le Connecticut (sans parler de Rhode Island). Je suis amoureuse du Maine depuis que j’ai 10 ans, à travers la lecture des romans de Stephen King, et j’ai confirmé cet amour en 2008 et 2010 : je me suis mariée avec le Maine! Je ne connaissais le Vermont qu’à travers mes études sur l’agriculture biologique et Burlington est à présent dans ma « liste des endroits où je vais vivre un jour ». J’aime la Nouvelle-Angleterre, les porches blancs des maisons en bois, sa quiétude, l’odeur de l’Océan, ses homards, ses petites églises, son identité culturelle, ses grandes forêts…

J’ai beaucoup aimé la série sur Fenway Park (Boston) de Bettina Woolbright, même si ses photos ne sont pas forcément ce que j’aime, elles sont simples et tout simplement jolies.

De retour en Utah
Je crois que de toute façon, je passerais ma vie dans l’Utah si je le pouvais. L’Utah sera donc forcément la destination où j’irai le plus au monde… Il nous reste à découvrir le nord de l’État, dont le Dinosaur National Monument dont nous rêvons depuis plusieurs années. Je n’ai même plus besoin de vous présenter mon amour pour Zion ou Capitol Reef...
Les photographes du monde entier ont posé leurs pieds dans cette région du globe, c’est donc difficile de trouver un travail original et qui me convient. En plus, on a tous déjà vu des photos des magnifiques paysages rougeoyants au coucher du soleil… Bah. Voilà donc le blog de Patrick Smith, photographe de reportage, dont j’admire beaucoup le travail, en Utah ou ailleurs.

Rail Trips
Aaaah, le train… Contempler, observer, s’assoupir un moment, s’étirer… contempler à nouveau… Un rythme de voyage qui me convient parfaitement. Il faut environ 60 heures pour parcourir les kilomètres entre Boston et Denver (c’est pour vous donner un ordre d’idée), donc il ne faut pas être pressé… Mais voyager en train, ce n’est pas se rendre d’un endroit à l’autre, c’est voyager, au sens propre du terme. 
J’aime bien l’album flickr de Chris&Steve, qui présente quelques photos des grandes routes ferroviaires nord-américaines…
L’État de Washington
 Le plus pluvieux des États-Unis, sans doute le plus luxuriant également. Je veux voir le Mont Rainier, Seatlle, la péninsule olympique, la côte pacifique…
Ne trouvant pas de blog à ce sujet, je me rabats encore sur flickr, et j’aime bien la galerie de Christine, simple et personnelle!

C’est tout bonnement inadmissible ! Mais entre les démarches administratives pour le lancement de mon auto-entreprise, le boulot qui va avec (même si je n’ai pas été à mon optimal productif, je m’en excuse à ma chère cheffe si elle passe par ici), les tournées entre la famille et les amis, la vie quotidienne… Ce n’est pas facile de tout gérer, et il me faut encore plus de temps que prévu pour me remettre de ces mois à l’étranger… Les prochaines semaines ne vont pas être moins animées, entre Madrid, Marseille, Paris et je l’espère Londres, ainsi qu’un entretien d’embauche (si tout se passe bien).
Mais la grande nouvelle… C’est que Benjamin et moi, contre toute attente, sommes devenus les heureux parents d’un petit bonhomme de 80 grammes, couleur crème, et de 12 centimètres. Voilà, à présent nous sommes des grands, des adultes responsables devant élever et éduquer un petit être faible afin qu’il prenne sa place dans ce monde cruel.

Je vous présente donc Lord Byron, Totoro, Win Butler, Alfred, notre petit hamster doré.  Inutile de vous expliquer les raisons de ce prénom, mais je ne peux vous dire qu’une chose : c’est peut-être un long nom pour un si petit animal, mais il accomplira de grandes choses. 
C’est notre tout premier animal de compagnie, à l’un et à l’autre, et vu que nous ne pouvions pas assumer un chat dans un studio, le choix s’est naturellement porté vers cette adorable petite bête, qui nous a déjà adopté!

Nuage de Tags